« KilRoy was here » 75e anniversaire
Position Bas

Détail : Château de Colditz

Détails

Partagez

Musees
Château de Colditz
Château de Colditz
Après qu'il a abrité un hôpital psychiatrique pendant plus d'un siècle, le régime nazi transforma le château en camp de prisonniers réservé aux officiers alliés (Oflag) pendant la Seconde Guerre mondiale, devenant ainsi l'Oflag IV-C.
C'était une forteresse d'où l'évasion était censée être impossible puisque la sécurité était assurée par des gardiens plus nombreux que les prisonniers eux-mêmes.
Malgré cela, trente-quatre officiers (treize Français, dix Britanniques, sept Néerlandais, deux Belges, un Polonais, un Canadien et un Indien) sont parvenus à s'évader de Colditz.
Les premiers prisonniers internés à Colditz furent cent-quarante officiers polonais dès octobre 1940.
À la fin de l'année 1940, soixante Polonais, douze Belges, cinquante Français et trente Britanniques, tous officiers, y sont internés.

En février 1941 sont amenés deux-cents officiers français, rejoints plus tard par soixante-huit officiers néerlandais le 24 juillet 1941.
Fin juillet 1941, on compte deux-cent-cinquante Français, cent-cinquante Polonais, cinquante Britanniques ou membres du Commonwealth, soixante-huit Néerlandais et deux Yougoslaves.
En mai 1943, le haut commandement de la Wehrmacht décide de réserver prioritairement Colditz aux prisonniers britanniques.
Les officiers français, polonais et néerlandais sont transférés dans d'autres camps et fin juillet 1943, il ne reste qu'une poignée d'officiers français pour deux-cent-vingt-huit officiers britanniques ou membres du Commonwealth.
Le 23 août 1944, le premier prisonnier américain arrive à Colditz, rejoint le 19 janvier 1945 par six généraux français.
En mars 1945, mille-deux-cents prisonniers français sont internés à Colditz. Le 16 avril 1945, le château est libéré par les troupes américaines
Source Wikipédia..
 
Château de Colditz
Château de Colditz.
Musees

Château de Colditz