KilRoyTrip was here  75e anniversaire
Position Bas

Détail : Maquis de Meilhan

Détails

  • Nom
    Maquis de Meilhan
  • Date
    1944-07-07
  • Lieu
    VILLEFRANCHE
  • Contribution
    Théo Corraze
  • ID
    1817

Partagez

Memoriaux
Maquis de Meilhan
Maquis de Meilhan

Le maquis de Meilhan a été l'un des lieux de la résistance gersoise, durant la Seconde Guerre mondiale. Il compte 76 maquisards et est dirigé par son créateur le docteur Raynaud. Il a été le lieu d'une tragédie causée par des soldats allemands, le 7 juillet 1944. Aujourd'hui, c'est un lieu de commémoration.

Le docteur Raynaud étant menacé par le S.T.O. se cache de ferme en ferme jusqu'à ce que quelqu'un l'informe de l'existence des fermes Priou et Larée qui sont libres et proches d'un bois rendant, faisant de cet endroit le maquis parfait. Il crée alors le maquis de Meilhan où il fait venir les uns après les autres, tous ceux qui lui ont dit vouloir se joindre à sa cause.
Le docteur Raynaud dirige le maquis, avec l'aide du commandant Marcellin et de Bouet, des soldats de la Première Guerre mondiale qui n'acceptent pas la tournure de la Deuxième et ne peuvent que combattre les allemands dans la suite logique de leur existence. Tous les jours, de nouvelles recrues arrivent, la veille même de la bataille du maquis. Raynaud passe son temps à organiser le maquis et les positions de combat des nouvelles recrues. Tous les jours il attend, en écoutant la radio, des nouvelles des parachutages à venir, le dernier ne parvint au maquis que le 11 juillet, trop tard pour eux. Deux frères, les Laborie, Xavier qui est pâtissier-boulanger et Paul qui est ouvrier boulanger, s'occupent des cuisines. Caussade est chargé de la réquisition des véhicules, de la milice et de la gestion du parc automobile.
La veille, un maquisard ayant enfreint les règles est pris à un barrage allemand à Lannemezan. Il est ensuite mené à la maison du Pouy, où il est malmené, pour finir par révéler l'emplacement du maquis. Mais, les investigations révèlent que le maquis est déjà la cible du 116° bataillon de grenadiers allemand, à ce moment là, venant de Lannemezan. Le 7 juillet le 116° bataillon attaque le maquis dont le camion est chargé, pour une manœuvre le lendemain, le faisant exploser dans les premier, ce qui réduit les capacités des maquisards en éliminant leur réserve de munitions. De plus, les effectifs sont inégaux ; en effet, le maquis compte une centaine d’homme contre un millier pour le bataillon de grenadiers. Ils arrivent dans la nuit avec leurs véhicules, qu'ils arrêtent à quelques kilomètres des deux fermes et se déplacent à travers champ en rampant pour ne pas se faire repérer. Puis, ils se mettent en place et attendirent le jour pour attaquer. A 7 heures du matin, ils sont repérés par deux maquisards alors qu'ils installent une arme automatique. Les deux jeunes hommes réagissent instinctivement et donnent l’assaut, quelques minutes auparavant Raynaud a été averti par un messager de l'attaque imminente, mais n'a pas encore eu le temps de donner des ordres. À la fin de la bataille les allemands s'attardent pour défigurer les maquisards et les dépouiller pour qu'il ne soit plus possible de les identifier. Ils vont chercher quatre otages dans les fermes voisines et les torturent avant de les abattre.

Source Wikipedia

Texte du panneau:

Le 24 juin 1944, le maquis du docteur RAYNAUD dont le conseiller militaire était le commandant MARCELLIN, occupa cette ferme inhabitée dite du Priou, ainsi que celle de Larée située plus au sud. 

Ilrassemblait une centaine de résistants, âgés de 17 à 70 ans, dont un groupe important de l'Isle-en-Dodon (Haute-Garonne). 

Ayant recueilli  diverses informations, un bataillon de soldats allemands bien armés, venus de Lannemezan (Hautes-Pyrénées), encercla le maquis dans la nuit du 6 au 7 juillet. Les résistants livrèrent un combat acharné mais rapidement devenu inégal à la suite de l'explosion du camion de munitions. Le combat durera près de trois heures. 

Les blessés furent achevés, défigurés ; trois prisonniers exécutés à Lannemezan ; quatre otages, pris au hasard dans les fermes voisines, sauvagement massacrés ici même.  Soixante-seize victimes furent dénombrées, une vingtaine de combattants environ parvinrent à échapper à ce carnage. 

EN 1948. CE MONUMENT FUT ÉRIGE A LEUR MEMOIRE SOUVENONS-NOUS DE LEUR SACRIFICE POUR QUE VIVE LA FRANCE 

.
 
Maquis de Meilhan
Crédit photo Théo Corraze.
Memoriaux
Maquis de Meilhan
Crédit photo Théo Corraze.
Memoriaux
Maquis de Meilhan
Crédit photo Théo Corraze.
Memoriaux
Maquis de Meilhan
Crédit photo Théo Corraze.
Memoriaux
Maquis de Meilhan
Crédit photo Théo Corraze.
Memoriaux

Maquis de Meilhan